• La fille de l'ascenseur

     

     

    Paroles et musique: Jean-Luc Taburet

    Avec la participation de Bernard Leroux aux balais caisse claire et à la guitare

     

    Quand je suis entré dans le hall

    Elle était là ma belle idole

    Elle attendait la petite boite de tôle

     

    Puis je me suis approché d’elle

    Comme tiré par une manivelle

    Quand j’ai croisé ses yeux, j’étais déjà au ciel

     

    La fille de l’ascenseur

    Qui m’a regardé jusqu’au fond du cœur

     

    Et puis l’appareil s’est posé

    En la suivant, j’y suis entré

    Il n’y avait personne pour nous accompagner

     

    Afin de programmer la cage

    Elle dit septième, vous quel étage

    Vu que c’était le mien, j’y vis comme un présage

     

    La fille de l’ascenseur

    Qui m’a regardé jusqu’au fond du cœur

     

    En nous propulsant vers les cimes

    Redoutant le degré ultime

    Je savourais le bonheur d’un huis-clos intime

     

    J’étais envahi d’un parfum

    Déjà amoureux de ses mains

    Que j’aurais bien tenues pour montrer le chemin

     

    La fille de l’ascenseur

    Qui m’a regardé jusqu’au fond du cœur

     

    C’est d’ailleurs ce qu’elle m’a demandé

    Arrivés au septième pallier

    Elle me dit je cherche un certain monsieur Désiré

     

    Soudain j’étais vraiment aux nues

    Car en fait la belle inconnue

    Venait chez moi comme celle que je n’attendais plus

     

    La fille de l’ascenseur

    Qui m’a regardé jusqu’au fond du cœur

     

    Mais devant ma porte d’entée

    Elle me présenta un papier

    Avec le montant de mes loyers impayés

     

    Elle précisa qu’en tant qu’huissier

    Elle ne faisait que son métier

    Et que sincèrement, elle était désolée

     

    La fille de l’ascenseur

    Qui m’a transpercé jusqu’au fond du cœur

     

    J’ai bien compris son désespoir

    Quand elle m’a pris le lit, l’armoire

    Avant que n’ai commencé notre grande histoire

     

    Depuis, j’ai changé de quartier

    Plus d’ascenseur, ni escaliers

    J’habite, au gré des vents, les ponts et les chaussées

     

    Souvent le soir dans ma maison

    De papier journal, de carton

    Je pense à cette fille et à mes ex … pulsions

     

    SACEM 2012

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 26 Mars 2016 à 17:57

    TOP TOP !!!!   Très bon à tous les niveaux ........là une fois encore ça te va si bien ...........Bon ok pour toi j'aurais préféré une autre fin .....yes    mais si t'as besoin d'un café chaud il t'est offert à la maison ...LOL.....

    BRAVO !!!

    2
    Samedi 26 Mars 2016 à 21:37

    Réécoutée avec plaisir! Tu fais bien de la remettre...au premier étage.

    3
    Dimanche 27 Mars 2016 à 10:50

    Bonjour Jeanluc pour moi cette chanson sonne parfaitement les paroles sons poétiques et la musique est envoutante bravo a l'artiste ,je reviendrais vous écouter 

    amicalement Aldo 

    4
    Mercredi 30 Mars 2016 à 12:07

    Je suis venue chercher mon moment de détente       bises   merci

    5
    Jeudi 31 Mars 2016 à 08:55

    Je commence à bien la connaitre    lol

    Ha si elle pouvait revenir te voir aussi souvent que moi cette fille la !!!!   smile

    6
    Dimanche 3 Avril 2016 à 13:07

    Pas mal du tout la chute! Il fallait y penser!  Je m'attendais à quelque chose de similaire comme "en apesanteur", vu le titre; mais pas du tout. Dans le fond, elle me plaît bien cette petite chanson! Très humoristique! Bon dimanche à vous! Musicalement votre: Ghis.

    7
    Vendredi 8 Avril 2016 à 11:11

    Plus ça va, plus je m'aperçois entre tes commentaires et tes chansons que tu as un bel humour !!!

    Et toujours cette douceur qui se dégage de tes interprétations......pour moi tu es devenu un chanteur que je viens écouter comme j'écoute les chanteurs que j'aime...

    je ne viens plus seulement visiter ton blog !!!

    Bises 

     

    8
    Samedi 16 Avril 2016 à 16:21

    aller je rentre chez moi !!! bises

    9
    unfan
    Dimanche 17 Avril 2016 à 16:37

    Bonjour

    Ton histoire est pleine de suspens, pour une chute, non pas d'étage, mais de

    'des  illusions'

    Pas mal le p'tit jeu de mot pour les derniers maux de l'histoire

    Je suis unfan

    10
    Lundi 18 Avril 2016 à 11:19

    Ce n’est pas vraiment l’ascenseur social dans le sens … où on l’attend… malgré ses déboires, on le sent toujours assez mordu … sans doute un de ces idéalistes … qui mettent l’amour au dessus de tout …

    Merci. Jean-Luc

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :