• L'incendie

     

     

    Paroles et musique : Jean-Luc Taburet SACEM 2018

     

     

     

     

    En Grèce ou en Californie

    On ne parle que de l'incendie

    Lorsque le feu partout détruit

    C'est pour l'homme que ça sent le roussi

     

    Les oiseaux voient brûler leurs nids

    Avec leurs œufs et leurs petits

    Les forêts ne sont plus que des troncs

    De cendre, de suie et de charbon

     

    Peut-on maitriser l'incendie

    Qui couve sur tous les pays

    Comment espérer le bonheur

    Accroché à un extincteur

     

    Il y a des fumées plein l'écran

    Les signes du réchauffement

    Que deviendra notre paradis

    Quand s'embrasera l'Amazonie

     

    On ne respire pas que de la bonne

    Des particules de carbone

    Nous étouffons dans les poussières

    Elle t'a une sacrée gueule, l'atmosphère

     

    Peut-on maitriser l'incendie

    Qui couve sur tous les pays

    Et pouvons-nous éviter l'enfer

    Par un ballet de Canadairs

     

    Dans nos foyers, dans nos mémoires

    On se rappelle des histoires

    Des moments qui étaient bien meilleurs

    Où l'avenir radieux était en fleurs

     

    Mais toutes les graines sont chimiques

    Et les champignons atomiques

    Il n'y a plus que des pluies acides

    Qu'est-ce qu'on attend pour être lucides

     

    Peut-on maitriser l'incendie

    Sans l'aide des Etats-unis

    On ne peut pas vivre en interne

    Au volant d'un camion citerne

     

    Le résultat de nos maladresses

    Commence à nous chauffer au fesses

    Il nous faudra trouver refuge

    Dans des pantalons ignifuges

     

    Le sérieux est économique

    Les rigolos sont climatiques

    Faut pas laisser tomber les affaires

    Et continuer les somnifères

     

    En Grèce ou en Californie

    Au Portugal, en Suède, en Australie

    Des flammes comme un tsunami

    Qui s'étend à tous les pays

     

    Peut-on éteindre l'incendie

    Qui couve au dessus de nos vies

    Partout, là-bas, bientôt ici

    Comment éteindre l'incendie

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 17 Août à 14:49

    Un titre qui fait froid dans le dos... Allons nous nous noyer ou périr dans les flammes?
    Bravo pour l'orchestration originale, à la hache (de sapeur pompier).

    2
    Samedi 18 Août à 05:15

    Bonjour Jean , oui j'aime le rythme de ta chanson ! . Ma panne de réseau se termina hier après trois semaines de galère , ouf mais je reste en pause pour profiter de l' océan en face de chez nous . Bel été à toi , amitiés , escapade , 

    3
    Samedi 18 Août à 12:55

    Ouais, qu'est-ce qu'on attend pour être lucides... là tu as tout résumé...

    Bonne journée

    4
    Mardi 28 Août à 10:41

    Une chanson "engagée" 
    ... j'aime le texte mais aussi son style
    la planète est mal barrée et il faut le dire et le redire
    mais il me semble que, malheureusement, il est trop tard !
    bonne journée
    amicalement
    Bernard

      • Mardi 11 Septembre à 10:42

        Oui, Bernard, le problème est là, énorme, dévastateur et meurtrier... Hélas, certains, dont de nombreux "responsables" et décideurs, ne seront convaincus de l'urgence que lorsque leur propre maison aura été détruite par le vent, l'eau ou le feu... 

        Bonne journée... quand même !

        Amicalement. Jean-Luc

    5
    Lundi 10 Septembre à 16:43

    J'aime beaucoup,     vraiment beaucoup .....le texte bien évidemment .....mais aussi pour l'orchestration qui est géniale.......je vais me permettre une remarque : avec cette chanson, tu ajoutes pour moi un réel + à ton répertoire.....un grand bravo !!! Belle interprétation.....

    Haaaaaa celle là je vais y revenir ......encore et encore .....cool

    Bises et merci pour ce bon moment ......

     

    6
    Mardi 11 Septembre à 10:09

    Merci, Christine, pour ce commentaire quasi enflammé... qui fait chaud au cœur !

    Bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :