•  

     

    Bien sûr, il faut faire avec la réalité

    Toutes ces choses un peu faussées

    De la vie en société

     

    Bien sûr, il faut respecter les codes, les conventions

    Tous ces trucs un peu bidons

    Qui retiennent notre attention

      

    A l’écart, en parallèle

    Il y a ma douce obscurité

    Mes sentiers, mes passerelles

    Et mes petits pas de côté

     

    Je ne suis que l’ombre

    Je ne suis que l’ombre de moi-même

    Oui mais dans l’ombre, je me promène

     

    Je ne suis que l’ombre

    Je ne suis que l’ombre de moi-même

    Oui mais dans l’ombre, pas de problème

     

    Comme tant d’autres, j’ai fait des rêves de vedette

    Où l’on se payait ma tête

    En achetant les gazettes

     

    Comme tant d’autres, je me suis fait des illusions

    Concours de l’Eurovision

    Douze points, la consécration

     

    L’intérêt de mes ritournelles

    Loin des clameurs et des clartés

    Mettre du vent à mes semelles

     Et m’exprimer en toute liberté

     

    Paroles et musique: Jean-Luc Taburet

    SACEM


    2 commentaires
  •  

     

    Le type qui parle à la radio

     Vient juste d’ouvrir son micro

    Et c’est le début des infos

     La liste est longue des points chauds

     

     Mais les nouvelles qu’il nous assène

     Nous mettent une sacrée migraine

     Heureusement nous allons marquer

    Une pause de publicité

     

     Parce que la publicité ça repose

     A peine cinq minutes qu’on cause

     Qu’il est grand temps de s’accorder

     Quelques moments de qualité

     

    Et puis la publicité ça délasse

    Ca remet les idées en place

    Et puis ça laisse le temps de comprendre

     Ce que l’on vient juste d’entendre

     

      Après ce bref tour d’horizon

     De ce qui fait l’information

     Arrive l’heure du feuilleton

     Histoire de cœur et de jupons

     

      Mais pour ménager nos héros

     Afin qu’ils restent toujours beaux

     Il est plus sain de respecter

     Quelques pauses de publicité

     

    REFRAIN

     

    Par le hit parade on enchaîne

     Une série de longs je t’aime

     Chansons sur comptes numérotés

     Qui valent leur pesant de clichés

     

      Mais le suspense insoutenable

     Nous rend fébriles et misérables

     Nous vous supplions d’envoyer

     Une page de publicité

     

    Paroles et musique: Jean-Luc Taburet

    SACEM


    3 commentaires
  •  

     

    Paroles: Jean-Luc Taburet

    Musique, arrangement, enregistrement, mixage: Pascal Grondin

     

    Les moments chauds près de l’eau

    Le corps entier sous un chapeau

    Derrière mes carreaux

    J’essaie d’être sage

    Sur le ventre ou sur le dos

    Mon cœur est un rivage

     

    Les moments chauds près de l’eau

    Près des vagues et des coraux

    T’as mis ton maillot

    Et c’est toi que j’appelle

    Qui nage le long des roseaux

    Dieu ce que tu es belle

     

    Souvenir d’été

    Un peu éventé

    Au bord de la jetée

    Des vers nautiques

    Qui se fabriquent

    Au fond sur du papier

    Sur du papier

     

    Les moments chauds près de l’eau

    Jouant les hardis matelots

    J’approche en canot

    Poussé par un désir

    Quitte à passer pour un héros

    Car souvent je chavire

     

    Les moments chauds près de l’eau

    Le jour revient comme un écho

    Et le bruit des flots

    Sera demain le même

    Il nous donne le tempo

    Il entre dans nos rêves

     

    SACEM 1998


    9 commentaires
  •  

     

    Top models

    Filles ficelles

    Allers retours

    Sur du velours

     

    Top models

    Cuirs ou dentelles

    Corps sur mesures

    Sous les coutures

     

    J’aime vos toilettes

    J’aime vos silhouettes

    A toutes vos modes

    Je m’accommode

     

    Top models

    Filles ficelles

    Filles gagnées

    Aux jeux de dés

     

    Top models

    Obsessionnelles

    Pas un défaut

    Sur les photos

     

    Top models

    En il ou elle

    Tendres mutines

    Des magazines

     

    J’ai les pupilles

    Qui s’écarquillent

    Le cœur glamour

    En mal d’amour

     

    Top models

    Filles fidèles

    Bien épinglées

    Dans les chambrées

     

    Top models

    Une étincelle

    Et de l’obscur

    Aux couvertures

     

    Top models

    Ô demoiselles

    Prêtes à porter

    L’hiver, l’été

     

    J’ai les papilles

    Qui s’émoustillent

    Et du frisson

    Dans les talons

     

    Top models

    Filles sensuelles

    Filles à tomber

    En des filets

     

    Top models

    Universels

    Papier glacé

    Du monde entier

     

    Tops models

    Ô tours Eiffel

    Filles élancées

    Bien balancées

     

    De fils en aiguilles

    Tout vous habille

    Pour vos gambettes

    Tournent les têtes

     

    Top models

    Filles ficelles

    Allers retours

    Sur du velours

     

    Paroles et musique: Jean-Luc Taburet

    SACEM


    7 commentaires
  •  

     

    Nous avons quitté notre terre

    Avant qu’elle ne soit un désert

    Depuis nous sommes des milliers

    A user nos pauvres souliers

     

    Bientôt, il y aura la mer

    Ultime épreuve à nos prières

     Mais au bout de la traversée

    Du travail et la dignité

     

    Père Noël, mon petit père Noël

    Si malgré tout tu descendais

    N’oublie pas de mettre un gros gilet

    Sur ton manteau, ton anorak

    Il fait si froid sur les zodiacs

    Père Noël

     

    Nous avons quitté notre ville

    Que le feu des canons mutile

    En nombre, nous avons fui l’enfer

    Les bombardements et la guerre

     

    Partout nous sommes des errants

    On nous dit réfugiés, migrants

    Les barbelés et les barrières

    Viennent s’ajouter aux frontières

     

    Père Noël, mon petit père Noël

    Si malgré tout tu descendais

    N’oublie pas tes gants et ton bonnet

    Avec la pluie, la boue et le vent

    Il fait toujours froid dans les camps

    Père Noël

     

    Depuis que mes parents n’ont plus

    Ni emploi, ni maison ni rue

    Nous sommes toujours en voyage

    Nos meubles, ce sont nos bagages

     

    Souvent, je retrouve à l’école

    D’autres enfants et on rigole

    Nous passons parfois en rentrant

    Par un très gentil restaurant

     

    Père Noël, mon petit père Noël

    Ne perds pas de temps à chercher

    Dessus le toit la cheminée

    Il n’y en a pas dans la caravane

    Où le chauffage est en panne

    Père Noël, mon petit père Noël

    Père Noël

     

    Paroles et musique: Jean-luc Taburet

    SACEM


    4 commentaires
  •  

     

    Paroles : Jean-Luc Taburet

    Musique : Pascal Grondin

     Arrangement : j’ai fait ce que j’ai pu… Merci à Bernard Leroux pour la batterie ! 

     

    Déjà la vie couci-couça

    Déjà l’amour, le chaud le froid

    Le monde dans tous ses états

    Et puis nos rêves dans de beaux draps

     

    Y’a des problèmes avec l’emploi

    Bureaux usines ou cinéma

    Dans les campagnes ça ne paye pas

    Mais le percepteur ne nous oublie pas

     Tout ça ne peut plus continuer

    Il faut se mobiliser

     
       

     

    Tous à la manif

    Les anciens, les actifs

    Vous avez quelque chose à défendre

    C'est le moment de vous faire entendre

     

     Tous à la manif

    Les costauds, les chétifs

    Y faut cogner du poing sur la table

    Et poser enfin les questions véritables

     

     
     

                                              Nous voulions un peu de douceur

                                   Qu’on nous le dise avec des fleurs

    On nous a menés par des leurres

    Par le beurre et l’argent du beurre

     

    On nous promet que ça s’arrangera

    Que le bonheur nous reviendra

    Nous avons pris la bonne voie

    Déjà on sent les résultats

     Tout ça ne peut plus continuer

    Il faut se mobiliser

    Il faut se mobiliser


    5 commentaires
  •  

    Nos petits anges, par ordre d'apparition...

      

    Fantine

       

    Portrait de Fantine à 7 ans. Huile 46x38 réalisée par Maryse, alias Mamie... et ma mie...

     

     

     

    Arrangement, instruments, enregistrement et mixage: Bernard Leroux

     

     

    Il est arrivé une fin d’après-midi

    Un évènement qui fait encore du bruit

    A peine plus gros que trois kilos et demi, mais

    C’est suffisant pour massacrer leurs nuits

     

    Je me retrouve sur des terres enfantines

    Mais avec toi l’avenir s’illumine, Fantine

     

    Avant de changer l’endroit du décor

    Tu avais déjà transformé un corps

    Qui a grandi au cœur de ma maison, et

    M’a fait vieillir de pas mal de saisons

     

    Je me retrouve sur des terres enfantines

    C’est sûr qu’un jour je te chanterai des comptines, Fantine

     

    Malgré toutes ces années qui nous séparent

    Nous avons quelques points communs notoires

    Je passe mon temps à entendre des histoires, et

    Toutes mes journées à dormir et à boire

     

    Je te montrerai ce que je connais en cuisine

    Faire du café et beurrer des tartines, Fantine

     

    Puisse le présent durer au plus longtemps

    Pour que je suive le fil de tes printemps

    Te voir courir comme le font les enfants, et

    Découvrir les couleurs des sentiments

     

    Et si un jour je te dis sale gamine

    Tu seras toujours ma petite héroïne, Fantine

     

    Il est arrivé une fin d’après-midi

    Un évènement qui fera longtemps du bruit

    A peine plus gros que trois kilos et demi, mais

    C’est suffisant pour enchanter nos vies

     

    Paroles et musique: Jean-Luc Taburet

    SACEM

     


    17 commentaires
  •  

    Toinette

     

    Portrait de Toinette à 3 ans. Huile 46x38 réalisée par Mamie Maryse...

     

     

     

     

    Arrangement, instruments, enregistrement et mixage : Bernard Leroux

     

     

    Nous t’attendions depuis longtemps

    Notre nouvel évènement

    Pour nous faire encore un peu plus grands

    Et reculer d’un cran

     

    Tu descends sur cette planète

    En cigogne ou en alouette

    Pour devenir notre starlette

    Toinette

     

    Ils t’attendaient depuis toujours

    Toi leur fruit, leur pomme d’amour

    Tu viens de leur jouer ton premier tour

    En venant au jour

     

    Tu as bien occupé leurs têtes

    Pour eux, tu es une conquête

    Avec ton prénom devinette

    Toinette

     

    Elle t’attendait sans le savoir

    Pour partager la même histoire

    Elle qui fera bientôt ses devoirs

    Près de toi, le soir

     

    Elle te prêtera sa dinette

    Ira cueillir des pâquerettes

    Pour les offrir à sa cadette      

    Toinette

     

    Tu es au début du voyage

    Au pied de l’escalier des âges

    Surtout prends bien le temps pour être sage

    Juste un petit message

     

    Aujourd’hui tu mets de la fête

    Dans la famille que tu complètes

    Papa, maman et ta sœurette

    Et puis Toi nette

     

    Paroles et musique: Jean-Luc Taburet

    SACEM


    5 commentaires
  •  

     

    J’avais la gloire et les sourires

    Quand on venait me voir partir

    J’étais un célèbre marin

     

    Mon père regardait d’un autre œil

    Mes études brisées sur l’écueil

    Je ne serais pas son dauphin

     

    Tous les moussaillons de la côte

    Parlaient de moi comme des apôtres

    Je n’avais alors que des copains

     

    Un jour les affaires ont tourné

    Mon bateau, j’ai dû le céder

    A peine une bouchée de pain

     

    Depuis ma vie est un enfer

    Et je descends verre après verre

    On m’appelle plus que machin

     

    Et même au café du commerce

    J’entends les blagues les plus diverses

    Sur les caprices du destin

     

    On me rejette de partout

    Et parce que je suis sans le sou

    On dit que je suis un bon à rien

     

    Comme ici je n’existe plus

    Je me tourne vers l’inconnu

    Où il paraît qu’il y a quelqu’un

     

    Hey, l’amiral

    Sur ton vaisseau, dans les étoiles

    Regarde-moi, dans ce carnaval

    Est-ce que tu trouves ça normal

     

    Hey, l’amiral

    Toi qui sais tout en général

    Dis-moi ce que j’ai fait de mal

    Pour qu’on me traite comme un animal

     

    Hey, l’amiral

    Du milieu de ces cannibales

    Veux-tu que je t’envoie une carte postale

    Pour te montrer comment je m’étale

     

    Hey, l’amiral

    Descends un peu de ton piédestal

    Avec des fleurs, quelques pétales

    Et viens me remonter le moral

     

    Paroles et musique : Jean-Luc Taburet

    SACEM 2013


    6 commentaires
  •  

     

    Arrangement, instruments, enregistrement, mixage : Bernard Leroux

     

    Comme j’en avais vraiment assez

    D’entendre sonner et trébucher

    La monnaie sous mon oreiller

    Comme l’armoire et le secrétaire

    S’alourdissaient en numéraire

    Je suis devenu propriétaire

     

    Avant je n’étais qu’un mécréant

    Avec des voisins, des enfants

    Qui rigolaient dans l’escalier

    Maintenant que j’ai changé de classe

    Quand j’en croise un, il me menace

    Je suis devenu propriétaire

     

    Les plans épargne, les crédits

    C’est pour les humbles, les petits

    Les salariés, les « Sam-Suffit »

    Moi, je me suis fait d’un coup d’un seul

    Une résidence qui a de la gueule

    Je suis devenu propriétaire

     

    Afin de bien délimiter

    L’étendue de cette immensité

    J’ai placé quelques barbelés

    Et de ce côté de la palissade

    J’ai un gros chien qui monte la garde

    Je suis devenu propriétaire

     

    Ni le facteur, ni le laitier

    Ne se risquerait à approcher

    Le jardin où tout est piégé

    Pour défendre son bien, sa bâtisse

    C’est normal qu’on fasse la police

    Quand on devient propriétaire

     

    Mes sœurs, mes frères, mes héritiers

    Que je vois plus qu’à l’accoutumée

    Me disent souvent de me méfier

    De ces filles qui courent le célibataire

    Le bon parti, la bonne affaire

    Pour marier un propriétaire

     

    Mais puisque de vie à trépas

    Comme qui dirait, il n’y a qu’un pas

    Je vais acheter un bout d’au delà

    Un joli petit coin de terre

    Et vous verrez que même au cimetière

    Je serai encore propriétaire

     

    Paroles et musique: Jean-Luc Taburet

    SACEM 2013


    8 commentaires