•  

     Paroles et musique : Jean-Luc Taburet SACEM 2019

     

        En référence à un groupe... "Les Poppys"... et à leur chanson... "Non, non, rien n'a changé" ... que les moins de cinquante ans peuvent ne pas connaitre...  

     

     

     

     

    Ils accrochaient à leurs cheveux

    Les fleurs qui les rendaient heureux

    Ils dansaient tout nus dans la boue

    Parce qu'ils avaient des rêves fous

     

    Ils chantaient l'amour et la paix

    La vie des parents, plus jamais

    N'envisageaient que le bonheur

    De construire un monde meilleur

     

    Oui, oui, tout a changé

    La terre est complètement polluée

    On n'a jamais autant dépensé

    Pour équiper les armées

     

    Oui, oui, tout a changé

    L'air est complètement vicié

    Et si tu n'es pas asphyxié

    Tu finiras empoisonné

     

    Ils refusaient la soumission

    Où conduit la consommation

    Partaient élever chèvres et moutons

    En Ardèche ou en Aveyron

     

    Ils ne voulaient plus faire la guerre

    Parce que nous sommes des sœurs et frères

    Ils voulaient un monde utopique

    On les nommait hippies, beatnicks

     

    Oui, oui, tout a changé

    Les temples de nos sociétés

    Où l'on se retrouve pour communier

    S'appellent des supermarchés

     

    Oui, oui, tout a changé

    L'égoïsme et l'avidité

    Continuent de nous dévaster

    On est trop nombreux pour partager

     

    A cause de leurs idéaux

    Ils se faisaient traiter d'idiots

    Un de ces jours prochains, bientôt

    J'espère pouvoir mourir idiot

     

    Ils accrochaient à leurs cheveux

    Les fleurs qui les rendaient heureux

    N'envisageaient que le bonheur

    De construire un monde meilleur

     

    Oui, oui, tout a changé

    La terre est complètement polluée

    On n'a jamais autant dépensé

    Pour équiper les armées

     

    Oui, oui, tout a changé

    L'air est complètement vicié

    Et si tu n'es pas asphyxié

    Tu finiras empoisonné

     

    Oui, oui, tout a changé

    L'égoïsme et l'avidité

    Continuent de nous dévaster

    On est trop nombreux pour partager

     

    Oui, oui, tout a changé

     

     

     

     

     

     

     


    7 commentaires
  •  

    Paroles et musique: Jean-Luc Taburet SACEM 2018

     

     

     

     

    Un être nouveau est né

    Tout au bout de l'humanité

    Il est le dernier des chainons

    Le sommet de l'évolution

     

    Sa peau, ses os et sa chair

    Ne viennent pas du fond des mers

    C'est une belle construction

    De fils, de vis et de boulons

     

    Robot sapiens

    Ne verra pas le Petit Prince

    Mais on peut lui serrer la pince

     

    La merveilleuse créature

    Vue au salon de la nature

    Est le fruit d'un savant alliage

    Morceaux de fer et bon sauvage

     

    Elle réalise illico

    Les petits et les gros travaux

    Obéissant à Big Brother

    Au doigt et à son œil de verre

     

    Robot sapiens

    Jamais ne coince, jamais ne grince

    Car pour le travail, il en pince

     

    Contrairement à Erectus

    Il n'a pas peur des poux, des puces

    A l'inverse de Neandertal

    Ne craint pas le froid, ni la dalle

     

    Bien dans le présent bionique

    C'est une belle mécanique

    De temps en temps, un peu de graisse

    L'aboutissement de l'espèce

     

    Robot sapiens

    A Paris comme en province

    Progressivement nous évince

     

    Robot sapiens

    Ne verra pas le Petit Prince

    Robot sapiens

    Jamais ne coince, jamais ne grince

    Robot sapiens

    A Paris comme en province

    Robot sapiens

    Progressivement nous évince

     

     

     

     


    12 commentaires
  •  

    Paroles et musique: Jean-Luc Taburet  SACEM 2018

     

     

     

     

    Maillot jaune

    C'est le leader

    Gilet jaune

    Un outsider

    T'es pas dans la bonne échappée

    Et tu dois toujours t'accrocher

    Ton contre la montre chaque fois

    Commence à la moitié du mois

    Toi, tu attends le tour

    Bloqué au carrefour

     

    Maillot jaune

    C'est le vainqueur

    Gilet jaune

    Pas un winner

    Tu ne portes pas le bon dossard

    Dans l'étape des montagnards

    Pour pouvoir rester dans la roue

    Tu transpires pour quelques sous

    Dans la descente, tu le vois

    S'envoler le maillot à pois

     

    Maillot jaune

    A lui, les fleurs

    Au gilet jaune

    Un dérailleur

    Tu veux juste rester en selle

    Sans attendre les APL

    Avec ton travail sur la route

    Pouvoir vivre et gagner ta croûte

    C'est pour ça qu'au rond-point

    Tu serres les dents et les poings

     

    Maillot jaune

    C'est le leader

    Gilet jaune

    Un outsider

    Dans la grande compétition

    T'as décroché du peloton

    Sur le tracé, il y a des gens

    Soutiens et encouragements

    Ils sont nombreux, au carrefour

    Dans la course de tous les jours

     

    Maillot jaune

    C'est le leader

    Le gilet jaune

    Un outsider

     

     


    11 commentaires
  •  

    Studio groupe 2018

     

                         Le 16 février 2018, nous étions en concert au théâtre de l'Ecluse au Mans.  Un enregistrement des chansons interprétées lors de ce spectacle a été réalisé, dans son studio, par Bernard Leroux, instruments, voix, avec Christian Perrot aux claviers Louise et moi aux voix.

    Voici mes chansons dans l'ordre où elles ont été interprétées sur scène, intercalées avec celles de Bernard que vous pouvez retrouver sur son blog :    http://bernardlhermitte.eklablog.com/ 

     

     

    La fontaine aux chansons (Louise) 

    Amour maison

    Le buzz 

     Collé à la terre

     Ma chanson.net

     Labyrinthe

    Midi

    L'ombre

     Du fond de l'eau

     Un ego sans égal

     


    6 commentaires
  •  

    Musique, arrangement, guitare, programmation, enregistrement, mixage: Pascal Grondin                                        Arrangement, guitare, basse, mixage : Dominique Plot                                          Paroles : Jean-Luc Taburet    SACEM

     

    Une chanson, une archive et des souvenirs... 

    Souvenir de l'enregistrement de cette composition, en 1999, avec un arrangement, très guitare, de Pascal et Dominique dans le studio de Pascal.

     

     

     

     

    An 2000, et puis après

    Est-ce que nos villes auront la paix 

    Est-ce que le fil sera plus épais

    Où nous marchons, un peu inquiets

     

    An 2000, on nous invite

    Les yeux perdus dans les orbites

    A porter plus loin nos regards

    A chercher au-delà du noir

     

    An 2000, et puis après

     

    An 2000, terre promise

    Crédo usé de nos sixties

    Slogan lumineux des boutiques

    La panacée mathématique

     

    An 2000, vieille Madone

    Vieille lune qui nous abandonne

    Allons-nous vers cette chimère

    Comme des mouches vers la lumière

     

    An 2000, et puis après

     

    An 2000, le mur est là

    A portée de nos petits pas

    Nous avons, le bruit est énorme

    Déjà franchi toutes les bornes

     

    An 2000, c'est pour bientôt

    Nouveau départ, année zéro

    Où se porteront nos regards

    Iront-ils au delà du noir

     

    An 2000, et puis après 

     

     


    9 commentaires
  •  

    Paroles et musique: Jean-Luc Taburet SACEM 2018

     

    Petite réaction, à chaud, à cette info :   

    http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/stains-colere-au-lycee-utrillo-apres-la-nomination-d-un-ex-gendarme-05-11-2018-7935300.php

     

    Je conviens qu'il est plus facile d'évoquer ces problèmes sur le ton de l'humour que d'y apporter des solutions mais... c'est pas pour dire... de mon temps et dans mon lycée.. ben... c'était pas pareil...

     

     

     

     

     

    Dans les établissements

    Qui dispensent l'enseignement

    Il y a une nouveauté

    Qui défraie l'actualité

     

    Les méthodes d'instruction('s)

    Sont en cours d'évolution

    Au niveau des personnels

    Pour mater les petits rebelles

     

    Car Monsieur le proviseur

    Aura un port d'arme

    Comme le proviseur adjoint

    Qui est un gendarme

     

    Avant que nos têtes blondes

    Ne se mettent à faire la bombe

    On prend des mesures notables

    En confisquant les portables

     

    Pour, dans les cours de récré

    Rétablir la sécurité

    On va remplacer les pions

    En embauchant des matons

      

    Avec Monsieur le proviseur

    Qui aura un port d'arme

    Comme le proviseur adjoint

    Qui est un gendarme

     

    Afin de remettre au pas

    Une jeunesse en désarroi

    A qui on n'explique plus

    Qu'on peut traverser la rue

     

    Dans les écoles des quartiers

    Ce n'est plus comme naguère

    Logique d'y envoyer

    Le renfort de militaires

     

    Avec Monsieur le proviseur

    Qui aura un port d'arme

    Comme le proviseur adjoint

    Qui est un gendarme

     

    Pour la productivité

    De nos collèges, de nos lycées

    On pourrait, dans le souci

    De faire des économies

     

    Affecter directement

    Avec un peu de formation

    Capitaines et lieutenants

    Aux tâches d'éducation

     

    Avec Monsieur le proviseur

    Qui aura un port d'arme

    Comme le proviseur adjoint

    Qui est un gendarme

     

     

     


    8 commentaires
  •  

    Paroles et musique: Jean-Luc Taburet SACEM 2018

      

     

     

     

     

    Une case en plus, une case en moins

    Au bout du compte ça fait combien

    Le jour se lièvre et me voilà peint

    Il y a des chats gris, il y a des chagrins

     

    On m'a rangé dans un tiroir

    Sur l'étagère d'une drôle d'histoire

    J'ai des idées plein l'entonnoir

    Tombées dans un trou de mémoire

     

    Une case en plus, une case en moins

    Au bout du compte, ça fait combien

     

    Je ne marche pas dans ce jeu de l'oie

    Je comprends pas les règles, ni les lois

    Génie ici ou cancre là

    A l'arrivée, t'es chocolat

     

    Je préfère, avec toi, la marelle

    Ne dire que des choses essentielles

    Tu es mon havre, mon pain, mon miel

    Passe-moi le poivre, donne-moi le ciel

     

    Une case en plus, une case en moins

    Au bout du compte, ça fait combien

     

    A mon école chansonnière

    Je fais des ballades buissonnières

    De mes ampoules littéraires

    Ne vient pas toujours la lumière

     

    A quoi bon vouloir, sur la ville

    Voir briller son nom, son nombril

    En haut des frontons inutiles

    Sur une affiche, trouver asile

     

    Une case en plus, une case en moins

    Au bout du compte, ça fait combien

     

    J'ai rendez-vous, en au-delà

    Avec la page d'un agenda

    Que la grosse main d'un Bouddha

    A déjà marquée d'une croix

     

    Et puisque je suis, en calcul

    Beaucoup moins doué qu'une vésicule

    J'irai, alors, prendre ma place

    Là-bas, tout au fond de la classe

     

    Une case en plus, une case en moins

    Au bout du compte, ça ne sert à rien

     

    Il y a toujours une addition

    A la fin des opérations

    On retient surtout ce que l'on rate

    Echecs et maths

     

     

     

     


    12 commentaires
  •  

    Paroles et musique, guitare : Jean-Luc Taburet SACEM 2018

    Arrangement, instruments joués (guitares, basse, violoncelle) et programmés, enregistrement, mixage :  Bernard Leroux  http://bernardlhermitte.eklablog.com/) 

     

     

     

      

    Vers quelle étoile es-tu parti

    Toi mon amour, toi mon ami

    Je sais que tu n'as pas choisi

    De quitter ma table ou mon lit

     

     A peine mes six ans passés

    Je n'ai plus jamais prononcé

    Ces deux syllabes qui vont de soi

    Qui, aujourd'hui, s'adressent à moi

     

    J'erre, solitaire

    Dans cet étrange univers

    Où tu n'es plus

    Je suis perdu, perdu

     

    La guitare et son apprentissage

    Nous ont unis au plus bel âge

    Jusqu'à ce matin tragique

    Plus de rires, plus de projets, plus de musique

     

    Et toi, ma petite amie

    Qui venais d'un autre pays

    Je n'ai jamais vraiment compris

    Pourquoi tu t'étais évanouie

     

    Un jour, forcément, nous vivons

    Puisque telle est notre condition

    Un de ces moments effondrés

    Où tout nous parait dépeuplé

     

    Vers quelle étoile es-tu parti

    Toi mon amour, toi mon ami

    Et même si tu avais choisi

    Comme tout est noir ici

     

     


    8 commentaires
  •  

    Paroles et musique: Jean-Luc Taburet SACEM 2018

     

     

     

      

    Pas de révolver

    Pour ma révolution

    Ma musique et mes vers

    Mes seules munitions

     

    Pour aller à la guerre

    Je fais des provisions

    De notes et de prières

    Pour jeter aux canons

     

    Car dessous mon casque

    Il n'y a que des chansons

     

    Ah, mes combats, tous mes combats

    Mes luttes, je les entends comme ça

    Avec ma guitare et ma voix

    Pour aller jouer le petit soldat

     

    Ah, mes combats, tous mes combats

    Mes désaccords en ré, mi, fa

    Je veux, pour changer l'ici-bas

    N'écrire que des hymnes à la joie

     

    Mes attaques d'archets

    Sont pour jouer du violon

    Mes flèches ont des idées

    Pareilles à Cupidon

     

    Je ne suis pas de la clique

    Qui fait marcher au pas

    Tout, jusqu'à la musique

    Qui se termine au glas

     

    Oui, dessous mon casque

    Il y a toujours des chansons

     

    Ah, mes combats, tous mes combats

    Mes luttes, je les entends comme ça

    Avec ma guitare et ma voix

    Pour aller jouer le petit soldat

     

    Ah, mes combats, tous mes combats

    Mes désaccords en ré, mi, fa

    Je veux, pour changer l'ici-bas

    N'écrire que des hymnes à la joie

     

    Pas de révolver

    Pour ma révolution

    Pour gagner, je préfère

    Toucher par l'émotion

     

    Ah, mes combats, tous mes combats

    Mes luttes, je les entends comme ça

     

    Ah, mes combats, tous mes combats

     


    11 commentaires
  •  

     

    Paroles et musique : Jean-Luc Taburet SACEM 2018

     

     

     

      

    En Grèce ou en Californie

    On ne parle que de l'incendie

    Lorsque le feu partout détruit

    C'est pour l'homme que ça sent le roussi

     

    Les oiseaux voient brûler leurs nids

    Avec leurs œufs et leurs petits

    Les forêts ne sont plus que des troncs

    De cendre, de suie et de charbon

     

    Peut-on maitriser l'incendie

    Qui couve sur tous les pays

    Comment espérer le bonheur

    Accroché à un extincteur

     

    Il y a des fumées plein l'écran

    Les signes du réchauffement

    Que deviendra notre paradis

    Quand s'embrasera l'Amazonie

     

    On ne respire pas que de la bonne

    Des particules de carbone

    Nous étouffons dans les poussières

    Elle t'a une sacrée gueule, l'atmosphère

     

    Peut-on maitriser l'incendie

    Qui couve sur tous les pays

    Et pouvons-nous éviter l'enfer

    Par un ballet de canadairs

     

    Dans nos foyers, dans nos mémoires

    On se rappelle des histoires

    Des moments qui étaient bien meilleurs

    Où l'avenir radieux était en fleurs

     

    Mais toutes les graines sont chimiques

    Et les champignons, atomiques

    Il n'y a plus que des pluies acides

    Qu'est-ce qu'on attend pour être lucides

     

    Peut-on maitriser l'incendie

    Qui couve sur tous les pays

    On ne peut pas vivre en interne

    Au volant d'un camion citerne

     

    Le résultat de nos maladresses

    Commence à nous chauffer aux fesses

    Il nous faudra trouver refuge

    Dans des pantalons ignifuges

     

    Le sérieux est économique

    Les rigolos sont climatiques

    Faut pas laisser tomber les affaires

    Et continuer les somnifères

     

    En Grèce ou en Californie

    Au Portugal, en Suède, en Australie

    Des flammes comme un tsunami

    Qui s'étend à tous les pays

     

    Peut-on éteindre l'incendie

    Qui couve au-dessus de nos vies

    Partout, là-bas, bientôt ici

    Comment éteindre l'incendie

     


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires